Joan Olona : “Nous avons récupéré le revêtement d'origine, caché sous de nombreuses couches de peinture”

Une équipe d’architecture spécialisée dans la restauration de bâtiments historiques est chargée de restaurer l’Étage Noble de la Casa Batlló. Cette équipe, de plus de 20 ans d’expérience dans ce domaine, est composée par Xavier Villanueva (architecte), Ignasi Villanueva (ingénieur en génie civil), Joan Olona et Mireia Bosch (architectes techniques). Dans cette interview, Joan nous explique la dernière et surprenante découverte faite dans la Casa.

Quelle est l’origine de cette découverte? Comment y êtes-vous parvenu?En juillet 2017, un prélèvement de petits échantillons a été fait, pour qualifier la qualité et les chromatismes des différentes pièces d’un logement du troisième étage, destiné au départ à la location. Au laboratoire, les microphotographies et les difractions aux rayons X ont montré des stucs de mortier à la chaux d’une remarquable qualité qui ont émerveillé l’équipe de restauration. Cette évidence a posé une grande question. Si l’un des étages en location avait cette qualité de revêtement des murs et des plafonds, le logement des Batlló pourrait sans doute nous surprendre encore davantage.

Quelles ont été les étapes suivantes?Une deuxième campagne de prélèvement d’échantillons a été faite dans des lieux stratégiques de l’Étage Noble, où vivait la famille Batlló, en élargissant cette fois-ci le type de tests, afin d’essayer d’obtenir le maximum d’information. Les premiers prélèvements stratigraphiques jusqu’à parvenir aux couches d’origine, laissaient prévoir des résultats surprenants. Car ils montraient des textures et des diversités chromatiques masquées par les peintures superposées. Finalement, les échantillons en laboratoire ont encore mis davantage en évidence la noblesse et la qualité du travail des revêtements des murs et des plafonds de l’Étage Noble.

Cette restauration de l'Étage Noble est un défi pour tous les intervenants

Qu’avez-vous découvert?Nous avons découvert le revêtement d’origine, caché sous de nombreuses couches de peinture et que la technique employée était composée d’un stuc à la chaux de différentes tonalités. Dans celui-ci, après les 3 couches requises par le stuc traditionnel, des incisions ont été faites, afin de dessiner la craquelure caractéristique de l’Étage Noble. Plus tard, les incisions ont été remplies à nouveau avec du mortier à la chaux, avec une finition de cires. Les différents experts qui ont analysé la technique, l’ont considérée incroyable, pour différents motifs. Tout d’abord, parce que cette technique implique de travailler jusqu’à six fois sur le même m² de mur et de plafond, mais aussi pour la qualité de la finition, la distribution multi-tons et les changements des couleurs du stuc.

Avez-vous fait d’autres découvertes importantes?Oui, la finition de l’ancien bureau de Monsieur Batlló ! Ici les unions des incisions ont été remplies à la feuille d’or, et la distribution multi-tons est encore plus riche et surprenante. Et puis ensuite se trouvent les lambris d’appui, bien sûr…

Les lambris d’appui ? Racontez-nous…Afin d’approfondir les connaissances sur la peau d’origine de la Casa, une troisième campagne de prospection a été mise en route, qui a résout une autre énigme non élucidée. Quelques images historiques montraient des lambris d’appui en bois, disparus dans l’actualité. Dessous nous avons découvert l’existence d’une finition en plâtre, ainsi que des annotations au crayon qui signalaient et dessinaient l’ondulation supérieure des lambris d’appui, faites lors de la phase de construction de l’œuvre de Gaudí. En même temps, nous avons découvert la position exacte des pièces en forme de crochet qui apparaissaient également sur des images historiques, et qui servaient à suspendre des tableaux, des assiettes décoratives, des tapis…

Et vous avez commencé à travailler…L’équipe technique s’est mise à travailler sur la définition des critères de restauration des stucs cachés pendant des années. On a commencé par l’une des salles latérales, visibles du Paseo de Gracia. Imaginez les restaurateurs éliminer soigneusement les différentes couches de peinture pour ne pas endommager les stucs d’origine : c’est un travail minutieux où le temps employé ne compte pas, seul compte la protection de l’authenticité. Et les surprises ne se sont pas arrêtées là…

Encore d’autres surprises?Ce travail a permis de détecter des altérations liées aux utilisations des espaces par le passé, non seulement en tant que logement, mais aussi comme siège de Seguros Iberia ou des Studios d’animation Chamartin. Nous parlons des conduits des installations, faits sans rigueur, et qu’il fallait corriger.

Encore un autre défi.C’est ça ! Cette restauration de l’Étage Noble est un défi pour tous les intervenants : les restaurateurs qui interviennent sur la première phase, les staffeurs qui doivent reproduire une technique impressionnante, les responsables de refaire la plinthe. C’est un défi historique, une grande responsabilité et des connaissances qui valent la peine d’être documentées et diffusées.

Nous vous informons que Casa Batlló si vous utilisez des cookies tiers pour obtenir des informations auprès des utilisateurs qui accèdent au web. Si vous voulez plus d'informations cliquez ici

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar