antecedents-casa-batllo

Précédents

Une maison transformée en œuvre d'art

La Casa Batlló est située sur le Passeig de Gràcia qui était anciennement la route unissant Ciutat Vella et la Villa de Gracia, et qui est aujourd’hui pleinement intégrée comme quartier de la ville.

Avec le développement du Plan Cerdà, à partir de son approbation en 1860, le Passeig de Gràcia devient l’axe principal de l’urbanisation des nouveaux quartiers dans lesquels viennent s’installer les familles les plus éminentes de la ville. Au XIXe siècle, l’artère se transforme en promenade pour les piétons et les voitures à chevaux et devient l’avenue principale pour les automobiles à partir du XXe siècle.

L’immeuble situé au numéro 43 du Pg. de Gràcia a été construit à l’origine par Emilio Sala Cortés en 1877, lorsqu’il n’y avait pas encore la lumière électrique à Barcelone. En 1903, D. Josep Batlló Casanovas achète le bâtiment. Celui-ci demande à Gaudí de faire des travaux qui au début consistaient à démolir l’immeuble mais qui finalement se sont transformés en travaux de rénovation. On pense que ce lieu devait être auparavant occupé par une ferme ou une maison de campagne car l’emplacement du garde-manger, réfrigérateur de l’époque, se trouve encore dans la cave.
+

La Casa Batlló est située sur le Passeig de Gràcia qui était anciennement la route unissant Ciutat Vella et la Villa de Gracia, et qui est aujourd’hui pleinement intégrée comme quartier de la ville.

Avec le développement du Plan Cerdà, à partir de son approbation en 1860, le Passeig de Gràcia devient l’axe principal de l’urbanisation des nouveaux quartiers dans lesquels viennent s’installer les familles les plus éminentes de la ville. Au XIXe siècle, l’artère se transforme en promenade pour les piétons et les voitures à chevaux et devient l’avenue principale pour les automobiles à partir du XXe siècle.

L’immeuble situé au numéro 43 du Pg. de Gràcia a été construit à l’origine par Emilio Sala Cortés en 1877, lorsqu’il n’y avait pas encore la lumière électrique à Barcelone. En 1903, D. Josep Batlló Casanovas achète le bâtiment. Celui-ci demande à Gaudí de faire des travaux qui au début consistaient à démolir l’immeuble mais qui finalement se sont transformés en travaux de rénovation. On pense que ce lieu devait être auparavant occupé par une ferme ou une maison de campagne car l’emplacement du garde-manger, réfrigérateur de l’époque, se trouve encore dans la cave.

Antoni Gaudí entreprend une réforme totale entre 1904 et 1906. Avec la réforme originale de la façade, menée de pair avec la redistribution de l’espace et l’agrandissement du puits de lumière, Gaudí réalise l’une de ses compositions artistiques les plus poétiques et inspirées.

Gaudí donne libre cours à sa créativité pour transformer un bâtiment de génie civil construit à l’origine en 1877.

Le trottoir sud du Pg. de Gràcia entre Consell de Cent et Aragó représente aujourd’hui une seule façade de maisons mitoyennes du début du XXe siècle, construites par les architectes les plus renommés. Cet îlot est connu sous le nom de « Manzana de la Discordia » (Pomme de la discorde). Les architectes Domènech i Montaner, Enrique Sagnier, Puig i Cadafalch et Antoni Gaudí construisirent des œuvres contiguës pour les prix d’urbanisme de l’époque organisés par la mairie de Barcelone.

La façade ondulée parsemée de disques polychromes en céramique vernissée et revêtue de trencadis (morceaux de verre et de carreaux cassés) aux couleurs variées a été comparée à juste titre avec la série des Nymphéas de Claude Monet (1840-1926).

Le couronnement de la façade, semblable à un dragon, la croix de quatre bras sur la partie supérieure d’une petite tour cylindrique émergeant du toit et qui pourrait représenter la poignée d’une épée ainsi que les colonnes comparables à des os et les balcons en fer qui suggèrent des têtes de mort, ont donné lieu à des interprétations populaires autour de la légende de Sant Jordi, patron de la Catalogne.

D’autres légendes font le rapprochement entre la façade et des éléments de carnaval : le couronnement de la façade ressemble à un chapeau d’arlequin, le revêtement de trencadis de couleurs est semblable à des confettis et la forme des rambardes s’apparente à des masques.

La Casa Batlló est connue à Barcelone sous les noms suivants : casa de los huesos (maison des os), casa de las máscaras (maison des masques), casa de los bostezos (maison des baillements), casa del dragón (maison du dragon). La spectaculaire façade ne laisse personne indifférent et les passants s’arrêtent à toute heure du jour pour la regarder.

Au-delà des interprétations populaires, la façade est une composition gaie, un clin d’œil de Gaudí à l’humanité. Lorsqu’elle reçoit la première lumière du matin, la brillance et les scintillements lui donnent la vie et des mouvements harmonieux et équilibrés. Elle devient alors un élément organique et vivant dans le paysage urbain.

Dans les années 50, la Casa Batlló a cessé d’appartenir à la famille Batlló, après avoir subi de graves dommages pendant la guerre civile, lorsqu’elle fut le refuge d’une centaine de réfugiés.

À partir des années 90, la maison est entre les mains des propriétaires actuels qui ont fait faire différents travaux pour récupérer et restaurer entièrement l’édifice, tant au niveau structurel que décoratif.

À partir de 1995, une première succession d’activités se développe. Celles-ci reposent sur la location des salons pour les manifestations et les conventions. En 2002, la Casa Batlló ouvre ses portes au public pour les visites culturelles à l’occasion de l’année internationale Gaudí. Ces deux activités continuent de se développer aujourd’hui avec une croissance régulière et de constantes innovations en matière d’offre et de contenu.

Actuellement, l’édifice de la Casa Batlló est l’un des icônes de Barcelone, et l’une des attractions culturelles et touristiques les plus appréciées. La maison est gérée par la société homonyme Casa Batlló S.L.U. qui a acquis un nom de prestige, donc un gage de sérieux, et se caractérise par une gestion ouverte et innovante dans tous les domaines.

-