historia-casa-batllo

Casa Batlló

Le bijou de Gaudí

La Casa Batlló, construite entre 1904 et 1906 au cœur de la ville, est l’œuvre la plus emblématique du génial architecte catalan.


Gaudí a doté la Casa Batlló d’une façade originale, fantastique et pleine d’imagination. Il a remplacé l’ancienne façade par un nouvel ensemble de pierre et de verre. L’architecte a fait refaire les murs pour qu’ils adoptent une forme ondulée puis les a recouvert de mortier de chaux puis de trencadís de morceaux de verre colorés et de disques en céramique.


Sur la partie supérieure de la façade, le toit a la forme d’un dos d’animal avec de grandes écailles chatoyantes. Le couronnement spinal est composé de grandes pièces sphériques avec des couleurs changeant d’un extrême à l’autre sur tout le faîtage.


La grande tribune du salon principal de l’étage noble, sur le côté donnant sur le Pg. de Gràcia, est composée de fenêtres en bois qui sont actionnées de bas en haut au moyen de contrepoids. Elles ont la particularité de ne pas être munies de jambages ni de montants.

+

La Casa Batlló, construite entre 1904 et 1906 au cœur de la ville, est l’œuvre la plus emblématique du génial architecte catalan.

Gaudí a doté la Casa Batlló d’une façade originale, fantastique et pleine d’imagination. Il a remplacé l’ancienne façade par un nouvel ensemble de pierre et de verre. L’architecte a fait refaire les murs pour qu’ils adoptent une forme ondulée puis les a recouvert de mortier de chaux puis de trencadís de morceaux de verre colorés et de disques en céramique.

Sur la partie supérieure de la façade, le toit a la forme d’un dos d’animal avec de grandes écailles chatoyantes. Le couronnement spinal est composé de grandes pièces sphériques avec des couleurs changeant d’un extrême à l’autre sur tout le faîtage.

La grande tribune du salon principal de l’étage noble, sur le côté donnant sur le Pg. de Gràcia, est composée de fenêtres en bois qui sont actionnées de bas en haut au moyen de contrepoids. Elles ont la particularité de ne pas être munies de jambages ni de montants. Il est ainsi possible de lever toutes les portes vitrées et d’avoir une large ouverture panoramique sur toute la largeur du salon.

Au niveau du rez-de-chaussée, de l’étage noble et du premier étage, la façade est composée de fines colonnes en pierres de Montjuïc revêtant des formes osseuses et ornées d’éléments floraux typiques du modernisme.

Les rambardes des balcons, semblables à des masques, sont fabriquées en fer coulé d’une seule pièce et sont fixées au moyen de deux points d’ancrage en porte-à-faux.

Dans son ensemble, la façade est une représentation gaie, allégorique, avec des éléments organiques, chargée de symbolisme et de couleurs. C’est tout un spectacle qui anime la ville et qui inspire les sentiments les plus sublimes à ceux qui la contemplent. La maison est un dialogue avec la lumière et la couleur.

Sur l’étage noble, résidence de la famille Batlló, Gaudí effectua une nouvelle distribution avec des cloisons en formes ondulées et a décora les chambres.

Depuis le hall d’entrée du rez-de-chaussée, une grille robuste en fer sépare l’accès privé au logement de la famille Batlló. Un grand escalier en bois ouvre le chemin à partir d’une entrée aux toits voûtés, ornée de lucarnes en forme de carapace de tortue. L’échine d’un grand animal en bois noble sculpté s’élève en guise de main-courante et confère à l’ensemble de la pièce une ambiance sous-marine qui nous transporte dans le monde fantastique de Jules Verne. L’idée de fond marin est très plausible avec les chromatismes de la surface de la mer, le sable et les embouchures.

Le domicile familial dispose d’un patio privé qui donne vers l’intérieur du pâté de maison, à la sortie de la salle à manger, l’espace le plus intime de la maison.

Du côté du Pg. de Gràcia se trouve le salon principal de la maison, composé d’un salon central et de deux petits salons latéraux qui peuvent s’unir pour former une grande pièce semblable aux lofts actuels. Dans la partie centrale, se trouve la grande tribune mentionnée précédemment qui surplombe la rue.

Le puits de lumière est une partie très importante de la réforme. Gaudí élargit le puits de lumière et le recouvre entièrement de carreaux de faïence qui sont plus intenses sur la partie supérieure et plus clairs sur la partie inférieure, offrant ainsi une distribution homogène de la lumière. Les fenêtres sont plus petites sur la partie supérieure où la lumière naturelle est plus abondante et sont plus grandes sur la partie inférieure. Ces dernières sont composées de fentes en bois qui peuvent s’ouvrir ou se fermer afin d’assurer une bonne ventilation. Dans la partie centrale du puits de lumière, Gaudí installe un ascenseur, dont la jolie cabine originale en bois fonctionne toujours.

La grande lucarne centrale est composée de grands éléments en fer et en verre, et recouvre le vaste puits de lumière agrandi par Gaudí. Elle laisse pénétrer la lumière en cascade sur toute la surface du puits de lumière.

La Casa Batlló est un chef-d’œuvre composé de formes, de couleurs et de lumière. Avec cette création, Gaudí est un précurseur de la thèse du rationalisme qui apparaîtra 30 ans après avec son idée moderne de la ventilation.

Dans son ensemble, l’œuvre offre un design décoratif prodigieux grâce à l’avènement des métiers artisanaux. Gaudí travailla avec les meilleurs artisans issus de tous les métiers. Transformation du fer forgé, lorsque la courbe n’est pas seulement rhétorique ni esthétique mais aussi un renforcement de la structure ; formes sinueuses des structures en bois tels que les portes tridimensionnelles ornées de reliefs éblouissants : vitraux incrustés de couleurs qui tamisent la lumière naturelle ; carreaux en faïence avec des reliefs, éléments décoratifs en grès de Montjuic, autant de choses qui évoquent le savoir-faire des artisans de l’époque.

Le grenier, espace diaphane et ventilé, qui rappelle l’architecture méditerranéenne, attire l’attention en raison de sa structure composée d’arcs. Depuis la salle principale du grenier, on peut observer le merveilleux monde organique de Gaudí. On peut y apprécier la structure en formes de côtes et de sternum qui composent les arcs paraboliques, très modernes, qui soutiennent le toit-terrasse. Les escaliers hélicoïdaux caractérisés par une grande nudité structurelle, qui communiquent avec le toit-terrasse, dégagent une force indéfinissable. La rampe en fer aux lignes simples représente une sculpture du XXe siècle.

Sur le toit-terrasse, le rôle de l’échine du dragon, qui relève d’un véritable équilibre esthétique face à la façade, est devancé par les quatre groupes de cheminées ondulées. Après l’esthétique vient toujours le fonctionnel. Le vent ne pourra jamais obstruer la sortie de fumée grâce aux chapeaux couronnant les cheminées, recouverts du même trencadis de verre que la façade. Gaudí recouvre les surfaces courbées avec des morceaux de carreaux à l’instar des byzantins.

Partout dans la maison, la profusion d’éléments ne cesse de surprendre le visiteur. Les portes de chaque étage sont identifiées au moyen de lettres aux traits modernistes, spécialement conçues par Gaudí pour la Casa Batlló. Les carreaux industriels sur les paliers de l’escalier de l’immeuble, translucides mais pas transparents, filtrent la lumière et, en même temps, transforment les nuances de bleu du puits de lumière en de belles vagues d’eau. Des formes ergonomiques caractérisent les pommeaux et les mains-courantes, les lucarnes et les lanterneaux. C’est une œuvre d’art total. L’empreinte de l’artiste se reflète sur tous les éléments : le design, la couleur, la forme, l’espace, la lumière.

L’œuvre est composée d’un rez-de-chaussée, d’un étage principal avec patio, de quatre étages entiers, d’un grenier et d’un toit-terrasse, d’un accès privé à l’étage noble ou principal et d’une cage d’escalier qui se déroule autour d’un puits de lumière agrandi et tapissé, de façon artistique, de céramiques, comme s’il s’agissait d’un parement de façade extérieure. Depuis l’extérieur, on accède aux remises, situées au ras de la rue et qui s’enfoncent dans la maison pour occuper la partie sous-terraine du patio de l’étage noble et qui communiquent avec les charbonnières dans la partie inférieure.

Au total, la maison s’étend sur une surface de plus de 5 000 m2, sa façade principale donnant sur le Passeig de Gràcia et sa façade postérieure sur le patio de l’îlot.

-
juin 2017
mardi
27
Ouvert 9h à 21h
(dernière entrée 20:00h)