Cripta de la Colonia Güell

Cette église fait partie d’un complexe industriel ambitieux situé dans la ville de Santa Coloma de Cervello (Barcelone), une ville ouvrière de l’industrie textile créée en 1890 par Eusebi Güell, le grand mécène de Gaudí. L’objectif poursuivi par M. Güell avec la Colonia Güell était de s’éloigner de la ville, où les mouvements syndicaux se faisaient de plus en plus grandissants, et de situer les maisons des ouvriers à côté de l’usine pour ainsi les intégrer à la même propriété, créant de cette manière un centre urbain ayant sa propre personnalité et réunissant vie sociale et économique. Pour lui donner un caractère unique, Güell a voulu doter cette colonie d’installations culturelles et sportives. Bien qu’au début la construction d’une église ne fut pas prévue car on utilisait alors une petite chapelle déjà  existante, lorsque celle-ci fut trop petite à cause de la croissance de la population de la ville ouvrière, Güell décida de commander à Gaudíune nouvelle église qui pourrait accueillir tous les habitants. Cependant, Güell ne pouvait pas s’imaginer que Gaudí lui ferait une proposition si sobre, austère et radicale, mais l’architecte se basa sur la commande de Güell pour réaliser un lieu de culte qui serait en harmonie avec l’architecture peu conventionnelle des logements des ouvriers de la Colonia Güell,  mais aussi avec le bois environnant et la pente de la colline où le projet devait se réaliser.

Même si elle est plus communément appelée “Cripta Güell”, cette dernière ne se situe pas réellement sous terre, toutes les fenêtres de l’église donnant sur la rue. Il s’agit donc de la nef inférieure, restée inachevée, comme le montrent les escaliers latéraux du portique qui, même si aujourd’hui ne communiquent avec rien, auraient permis d’accéder à une église supérieure si le projet avait été terminé. En 1909, dix ans après avoir commencé le projet, on posa la première pierre de l’église. Sa construction continua malgré de multiples interruptions jusqu’à ce que divers problèmes économiques affectent  Eusebi Güell et les travaux de la Cripta Güell  s’arrêtèrent. A ce moment, en 1915, seules la “crypte” (ou église inférieure) et le portique avaient été construits. Malheureusement il est difficile de nous imaginer à quoi aurait ressemblé l’église, car les croquis que Gaudí réalisait de ses œuvres présentaient seulement une idée générale et il avait pour habitude de les modifier fréquemment au fur et à mesure que ses idées prenaient forme et que les travaux avançaient.

L’église inférieure, de plan polygonal en forme d’étoile se compose d’une grande voûte centrale qui s’appuie sur quatre colonnes taillées en basalte. Le déambulatoire, où se trouve l’autel, se compose de « voûtes catalanes » reposant sur des colonnes en brique et en pierre provenant d’une carrière appartenant à la famille Güell dans la région proche du Garraf. L’intérieur très rustique et monochrome, se voit seulement interrompu par le chromatisme des grands vitraux en forme de pétales de fleur ou d’ailes de papillon. Ces suggestifs et colorés vitraux, œuvre de Josep M. Jujol, permettent à la lumière d’entrer très tamisée dans l’intérieur sombre. L’intérieur de la Crypte Güell  donne plus l’impression d’une grotte naturelle que d’une construction créée par la main de l’homme. Cet effet a été obtenu en disposant des couleurs sombres tant sur le sol que sur les murs, évoquant ainsi l’obscurité d’une forêt, que ce soit par les feuilles mortes ou l’ombre projetée par les arbres. Les murs se voient interrompus par de légères éclaircies de lumière polychrome provenant des vitraux. En ce qui concerne l’église de l’étage supérieur, l’idée était qu’elle soit polychrome en bleue, dorée et blanche, couleurs symbolisant le ciel et le soleil au-dessus des arbres.  L’ensemble devait se terminer avec des tours composées de colombes blanches, faisant ainsi référence au nom de l’endroit (coloma = colombe en catalan). Avec cette symbolique, Gaudí aurait ainsi montré aux visiteurs le chemin vers le salut, de l’obscurité de l’enfer de l’église inférieure aux cieux dorés, blancs et bleus de l’église supérieure.

cripta_guell_cardelus_exterior

cripta_guell_cardelus_vitrall

Outre l’aspect naturel que Gaudí a reproduit dans la Cripta Güell, on perçoit aussi son respect pour la nature dès le portique de l’entrée,  avec l’escalier accédant à l’étage supérieur qui a été dévié pour respecter la présence d’un pin, au sujet duquel Gaudí aurait dit “un escalier se construit  en peu de temps, mais un pin a besoin de beaucoup de temps pour pousser». La fusion de cette œuvre avec ses alentours boisés est totale, une présence harmonieuse complétée par les colonnes du portique d’entrée qui  donne l’impression d’être une extension de la pinède voisine, non seulement par sa texture, mais aussi parce que chaque colonne est différente de l’autre, tout comme les arbres le sont dans la nature. Gaudí n’a pas oublié d’incorporer des éléments chrétiens dans le portique, grâce à la technique du trencadís (mosaïque créée à partir d’éclats de céramique) il a placé des poissons, l’alpha et l’oméga, les croix et les monogrammes du Christ en grec (XP).

Un des traits les plus caractéristiques de cette construction est sans aucun doute sa structure. Une forme qui provient d’une maquette d’atelier appelée “maquette stéréostatique ou polyfuniculaire” grâce à laquelle Gaudí a calculé la structure de la future église. Une maquette de l’église à l’échelle 1:10 dont la taille a atteint jusqu’à plus de 4,5 mètres de hauteur et qui était suspendue au plafond par une ficelle en deux endroits et à laquelle était accrochée des poids faits à base de petits sacs de plomb. De cette manière se formait dans l’air un arc inversé que Gaudí prenait en photo et transposait sur papier, dessinant ainsi les futurs arcs et donnant forme aux contours de l’église. Une fois de plus, le génie moderniste dont la règle était “on peut reproduire toute l’architecture avec deux règles et une ficelle”, démontra avec la Colonia Güell posséder des connaissances de physique, de gravité et de pression.  Cela ajouté à son intuition et son expérience lui permit de créer une structure unique qui constitua une sorte « d’esquisse » de solutions architecturales qu’il incorporera ensuite à la Sagrada Familia.

La Cripte Güell a été déclarée Bien d’Intérêt Culturel-Site Historique en 1990 et intégrée en 2005 au  Patrimoine Mondial de l’UNESCO, soulignant sans doute ainsi le talent constructif et poétique que Gaudí démontra avec cette œuvre, et se convertit en un exemple d’architecture originale, expressive et risquée qui définit en grande partie sa trajectoire future.

La Colonia Güell entra en déclin quand la crise du secteur textile commença, allant jusqu’à paralyser son activité en 1973. Peu à peu les divers terrains et équipements de la Colonia Güell furent vendus à des institutions publiques.

Images: courtoisie David Cardelús.

Nous vous informons que Casa Batlló si vous utilisez des cookies tiers pour obtenir des informations auprès des utilisateurs qui accèdent au web. Si vous voulez plus d'informations cliquez ici

Los ajustes de cookies de esta web están configurados para "permitir cookies" y así ofrecerte la mejor experiencia de navegación posible. Si sigues utilizando esta web sin cambiar tus ajustes de cookies o haces clic en "Aceptar" estarás dando tu consentimiento a esto.

Cerrar