Antoni Gaudí

Antoni Gaudí

La vie d'un génie

L'architecte catalan Antoni Gaudí i Cornet est célèbre dans le monde entier pour son immense talent et son leadership en matière de modernisme. Cet architecte génial a inventé un langage architectural unique, personnel et sans précédent qu'il est toujours difficile de qualifier.

Selon certains biographes, il serait né en 1852 à Reus tandis que d'autres situent sa naissance à Riudoms, village situé à proximité de Reus dans lequel ses parents passaient l'été. Issu d'une famille de chaudronniers, c'est dans l'atelier familial, en aidant son père et son grand-père, que le jeune Gaudí apprit à maîtriser l'espace et les volumes. Très jeune, il fit preuve d'une grande capacité pour concevoir des espaces et transformer les matériaux, qualité qui allait faire de lui le véritable génie de la création en trois dimensions tel qu'on le connaît aujourd'hui.

De santé délicate dans sa jeunesse, il dut séjourner de longues périodes dans la maison de Riudoms où il passait des heures et des heures

+

L’architecte catalan Antoni Gaudí i Cornet est célèbre dans le monde entier pour son immense talent et son leadership en matière de modernisme. Cet architecte génial a inventé un langage architectural unique, personnel et sans précédent qu’il est toujours difficile de qualifier.

Selon certains biographes, il serait né en 1852 à Reus tandis que d’autres situent sa naissance à Riudoms, village situé à proximité de Reus dans lequel ses parents passaient l’été. Issu d’une famille de chaudronniers, c’est dans l’atelier familial, en aidant son père et son grand-père, que le jeune Gaudí apprit à maîtriser l’espace et les volumes. Très jeune, il fit preuve d’une grande capacité pour concevoir des espaces et transformer les matériaux, qualité qui allait faire de lui le véritable génie de la création en trois dimensions tel qu’on le connaît aujourd’hui.

De santé délicate dans sa jeunesse, il dut séjourner de longues périodes dans la maison de Riudoms où il passait des heures et des heures

à contempler et à mémoriser tous les secrets de la nature qu’il considérait comme l’œuvre suprême du Créateur et donc comme celle qui lui avait tout appris et qui lui avait transmis la connaissance.Ainsi, pour Gaudí, l’essence et le sens même de l’architecture devaient s’inspirer des modèles offerts par la nature tout en respectant ses lois. Il ne s’agissait pas de la copier mais de suivre son cours à travers un processus de coopération et, dans ce contexte, faire de son architecture l’ouvrage le plus beau, le plus durable et le plus efficace possible. Ainsi, Gaudí affirmait : « L’originalité consiste à revenir aux origines. »

En 1870 il partit vivre à Barcelone pour suivre ses études d’architecture tout en travaillant pour pouvoir se payer ses études. L’étudiant Gaudí fut assez irrégulier mais il montrait déjà des signes de génie qui lui ouvrirent vite les portes de la collaboration avec certains de ses professeurs. Lorsque, en 1878, il finit ses études à l’École d’architecture, le directeur, Elies Rogent, déclara : « Je ne sais pas encore si nous avons donné ce diplôme à un fou ou à un génie, l’avenir nous le dira. » Il était indéniable que les idées de ce jeune homme ne ressemblaient en rien à ce qui avait été fait jusque là et qu’elles ne laissaient personne indifférent.

Après avoir obtenu son diplôme, Gaudí se mit à son compte et installa son cabinet rue del Call à Barcelone où il commença avec beaucoup d’entrain à produire ce qui allait devenir une œuvre architecturale très originale dont une grande partie fait aujourd’hui partie du patrimoine de l’humanité. Mais c’est en 1878 qu’eut lieu une des rencontres les plus productives de l’histoire tant sur le plan de l’amitié que sur celui du mécénat. Le hasard voulut en effet que l’artiste et Eusebi Güell, grand pourvoyeur de l’industrie du pays et grand amateur d’art, croisent le même chemin. Dés le début, leur relation alla bien au-delà de la simple relation client-architecte et se transforma très vite en une admiration mutuelle ponctuée de passions partagées qui donna naissance à une amitié grâce à laquelle l’architecte put entamer un véritable parcours professionnel où il allait pouvoir développer toutes ses qualités artistiques.

Au-delà de sa relation avec Güell, Gaudí se vit confier une grande quantité de travaux et dessina de nombreux projets. Heureusement pour nous, beaucoup d’entre eux virent le jour même si certains autres restèrent dans les tiroirs de l’artiste.

Durant la période de maturité de l’architecte, les œuvres majeures se succédèrent : la tour Bellesguard, le Park Güell, la restauration de la cathédrale de Majorque, l’église de la Colonia Güell, la Casa Batlló, La Pedrera et enfin la Sagrada Familia.

Curieusement, alors qu’il était au sommet de son génie architectural, la personnalité de Gaudí commença progressivement à se modifier en profondeur. Il abandonna en effet sa jeunesse de dandy aux goûts raffinés, amateur de théâtre, de concerts et de tertulias pour s’éloigner de la vie sociale, se contenter de repas frugaux et même négliger son aspect physique et se rapprocha de plus en plus de la religion et du mysticisme.

Il mourut le 10 juin 1926, renversé par un tramway alors qu’il faisait, comme chaque soir, le trajet entre l’église de Sant Felip Neri et la Sagrada Familia. Après avoir été heurté, il perdit connaissance et personne ne se douta que ce vieillard sans papier et d’apparence plutôt négligé était le célèbre architecte. Il fut transporté à l’hôpital de la Santa Cruz où il fut reconnu plus tard par le curé de la Sagrada Familia. L’enterrement eut lieu deux jours plus tard dans la Sagrada Familia après des funérailles auxquelles assistèrent un très grand nombre de personnes. Une grande partie des Barcelonais sortirent en effet dans la rue pour rendre un ultime hommage au mondialement connu architecte de la ville.

-